Aéro Model Club de Ploumagoar

Aéro Model Club de Ploumagoar

Le décollage:

Objectif :

Quoi de plus beau qu’un décollage !

Une prise de vitesse mesurée, un avion qui roule droit, une pente d’ascendance régulière et enfin un virage de dégagement à 90°.

Bien que cette figure se note 0 ou 10 en concours F3A, elle se notera de 0 à 10 dans les concours de Voltige Grand Modèle. 
Je préfère cette dernière notation car le décollage fait partie du vol.

 

En présentation :

L’avion est présenté en bout de piste en son milieu et dans l’axe de celle-ci et non au milieu en vrac légèrement de travers, moteur au ralenti.

Faites le point fixe.     

Etre serein avec mon avion sera de rigueur pour réaliser un beau décollage. 
Stressé = Catapultage.

   

Réalisation :

Prise de vitesse :
Monter progressivement le moteur afin de faire rouler l’avion.

Une mise à plein gaz brutale n’est pas nécessaire, n’est pas beau et entraînera très probablement un changement d’axe de l’avion.

De plus, les pistes que nous utilisons sont en règle générale deux à trois fois plus grande qu’il ne faut pour décoller notre avion.

Alors amusons-nous plutôt à faire rouler nos avions sur la valeur de la piste et prendre de la vitesse tel un grandeur.

En plus, nos avions sont en règle générale sur motorisés, il n’est donc pas forcément nécessaire de le mettre plein gaz.

L’avion doit tout simplement rouler et prendre de la vitesse.

L’avion devra rouler droit (lorsque le vent est dans l’axe, sinon une légère correction de dérive pourra être nécessaire) en aucun cas l’avion ne doit dévier de l’axe de la piste.

Si tel est le cas, un réglage de la roulette est OBLIGATOIRE.

Un avion qui roule droit est autant de stress en moins !

Puis l’avion commence à se dandiner sur son train, il rebondit presque d’une roue à l’autre.

 

Décollage :

Il est temps de tirer légèrement sur la profondeur.

Du calme, ne tirons pas brutalement mais légèrement.

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais les avions grandeurs ne cabrent pas tout de suite l’avion sur une pente de trente degrés mais décollent juste de quelques mètres avant de prendre cette ascendance.

C’est pareil pour nous, si vous maintenez la même pression sur la profondeur une fois l’avion décollé, nous risquons de prendre une pente d’ascendance brutale et pentue. 
Relâchons donc un peu la pression sur la profondeur.

Prise d’altitude :

L’avion vient de quitter le sol depuis quelques mètres, il est temps à présent de l’inscrire sur une pente ascendante de trente degrés environs et dont le segment de ligne droite s’arrêtera lorsque l’avion sera sur une altitude de vol dite de sécurité. 
En effet même s’il est possible de prendre de l’altitude pendant votre virage de dégagement, il est préférable de prendre l’altitude de sécurité durant cette ascendance en ligne droite.

De plus, la montée se fait sans heurt car la portance est maximale.

Et puis c’est tellement beau !

La pression sur la profondeur est quasi nulle durant l’ascendance, il se peut même que vous soyez obligés de pousser pour ne pas trop monter.

 

Virage de dégagement :

Lorsque vous estimez que l’avion est arrivé à l’altitude souhaitée, inclinez significativement les ailes pour effectuer un virage à 90° à plat (c.a.d. sans prendre d’altitude).



04/02/2016
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres